mercredi 6 janvier 2016

Soirée poétique des AJT Ménestrels theatre


Huis clos sur les Cathares à la salle Laure Pailhon

Vendredi 22 janvier à 20h30, salle Laure Pailhon, rue Léon Alègre, les « A.J.T. » Atelier Jeunes Théâtre des Ménestrels, invitent « l'Atelier Théâtre de Lirac » qui jouera sa dernière création : « Montségur, le Sacrifice Cathare ».
L'A.T.L. qui présente un spectacle tous les deux ans depuis 1996, aborde cette année une fresque historique qui concerna l'Occitanie au 13° siècle. L'auteur, Guillaume Miller, propose une découverte originale des Cathares sous des angles inédits.
« Montségur, le Sacrifice Cathare », dont la  première représentation a été chaleureusement applaudie à Lirac, plonge le spectateur au temps des croisades et de l'inquisition. L'action se déroule en Ariège, au château de Montségur, décrit à l'époque comme tête de l'église Cathare où périrent sur le bûcher plus de deux cent vingt « Parfaits ou Bonshommes » déclarés hérétiques pour ne pas avoir abjuré leur foi.
Six comédiens occupent la scène : Marie-Claire Frach, Régine Messin, Florence Gontero, Bernard Pingon, Daniel Duperray et Jean-Pierre Lebrun qui assure la mise en scène. A la régie : Jean-Jacques Pons.
Durée du spectacle : 1h15. Participation aux frais : 5€. Contact : fernand.dumas@laposte.net


« Montségur, le sacrifice Cathare »
par l'Atelier Théâtre de Lirac


Jean-Pierre Lebrun, qui joua avec les Ménestrels en compagnie de Fernand Dumas dans les années 1960-70, assure la mise en scène et les décors de ce nouveau spectacle qui tranche avec les classiques et vaudevilles joués habituellement par « l'Atelier Théâtre de Lirac ».
L'histoire se déroule lors du siège de Montségur en 1244, à l'issue duquel plus de deux cent vingt Cathares périrent, jetés vifs dans le bûcher pour ne pas avoir abjuré leur foi. Six tableaux relatent les dix derniers mois du siège. L'auteur s'est attaché à raconter les événements de la manière la plus historique possible et le déroulement du spectacle est rythmé par le récit d'un rescapé du siège, vingt huit ans plus tard, comme s'il écrivait ses mémoires.
Interprétée par cinq comédiens amateurs confirmés, cette pièce, qui plonge le spectateur au temps des croisades et de l'inquisition, nous amène à nous poser des questions sur des événements plus actuels. Une soirée à ne pas manquer, sous l'égide de l'Atelier Jeunes Théâtre que dirige Fernand Dumas.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire